RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito d’Octobre 2005
OGM

Voici un an que l’arrêté portant protection des agrobiologistes sur le territoire du Chefresne a été pris. Arrêté déféré à la censure du Tribunal Administratif de Caen, par le Préfet de la Manche le 7 décembre 2004, qui n’a jamais statué ; l’arrêté est donc resté valide jusqu’à son terme.

L’autorité préfectorale conteste la présence de danger imminent précisant que la police des OGM fait l’objet d’un fort encadrement normatif et qu’en aucun cas des semis d’OGM sans autorisation préalable ne sont possibles.

Le seul problème c’est que le ministre de l’agriculture en personne a reconnu que plus de 500 Ha de cultures OGM ont eu lieu en France en 2005 sans autorisation... On imagine le préjudice des exploitants bios perdant de ce fait leur agrément et leur raison d’être.

La Charte de l’environnement a été intégrée dans le préambule de la constitution, et des principes s’imposent à l’ensemble de notre législation : les modes de production et de consommation doivent respecter l’environnement humain ou naturel et permettre à tous les habitants de satisfaire leurs besoins fondamentaux dans un environnement sain...

"Le progrès ce n’est pas de faire disparaître son voisin sous prétexte de meilleurs profits."

La législation allemande prévoit l’indemnistation systématique de l’agriculture biologique en cas de pollution génétique par l’agriculture OGM (loi du 26 novembre 2004). Pourquoi notre pays s’y refuse, peut-être parce qu’aucune assurance au monde n’assure ce risque... et pour cause.

Notre pays, notre département, se sont inscrits dans une démarche officielle de développement durable, notion définie en 1987 par Madame Gro Harlem Bruntd’land, 1er ministre norvégien : "un développement qui répond aux besoin du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs".

Aucun test sérieux ne dément les dangers des OGM sur la santé et l’environnement, en conscience je ne peux que demander à mon Conseil Municipal l’autorisation de renouveler l’arrêté du 10 novembre 2004 portant protection des agrobiologistes du Chefresne.

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page