RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de Mai 2006
Croissance ou décroissance

Depuis des décennies on pense que seule la croissance peut résoudre tous les problèmes d’emploi et de prospérité, or en France cette croissance n’a pas résolu le chômage. Ces 25 dernières années la dette de l’état a été multipliée par cinq, elle représente les 2/3 de la production nationale annuelle. 1 117 milliards d’euros pèsent sur le travail de tous les Français.

Au nom de la croissance nous enfouissons nos déchets nucléaires contaminons notre environnement, faisons disparaître notre biodiversité. Toujours plus de rendement, l’agriculture s’industrialise aux dépens de l’homme et de l’économie collective. Par son empreinte écologique et ses effets collatéraux la croissance court à sa perte et ne profite qu’aux actionnaires.

La Suède s’est lancée le défi que d’ici à 2020, le pays serait le premier au monde à ne plus dépendre du pétrole, et sans recours au nucléaire. La ministre du développement durable, a lancé en février un nouveau programme énergétique destiné à développer les énergies renouvelables et à chasser pétrole et nucléaire de son économie. L’intention du gouvernement suédois est d’en finir avec les hydrocarbures avant que les changements climatiques ne ruinent l’économie. "Une Suède sans pétrole sera source d’énormes avantages" dit-elle en ajoutant "nous voulons être préparés pour un monde sans pétrole et sans nucléaire". Actuellement les énergies renouvelables en Suède contribuent autant que le pétrole au bilan énergétique du pays ; les biocombustibles constituent une source d’énergie de plus en plus grande, les habitats sont quasiment tous chauffés grâce à la géothermie. Depuis le 1er choc pétrolier de 1970, la Suède a divisé par deux l’utilisation du pétrole...

En Allemagne, 60% des consommateurs consomment bio. En 2005 le chiffre d’affaire de ce secteur a augmenté de 10%. C’est le signe d’une démocratisation du manger naturel et d’un changement d’état d’esprit : se soigner par l’assiette, protéger sa santé et... respecter notre planète !

Qu’on le veuille ou non, la décroissance s’imposera à nous face aux problèmes liés à l’épuisement du pétrole, de l’eau potable, de l’appauvrissement des pays du sud et de l’avenir de l’humanité. Ce qui entraînera par la force des choses de repenser totalement notre manière de vivre, et comme gouverner c’est prévoir, il serait plus intelligent de s’y mettre tout de suite.

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page