RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de Juin 2006
Sortir du nucléaire, une UTOPIE ?

Avec le coût de l’EPR (3300 millions d’euros) on pourrait produire le double d’électricité et créer 10800 emplois grâce aux énergies renouvelables !

Ce n’est pas une utopie, mais le résultat d’une étude très sérieuse commandée par le réseau "sortir du nucléaire" qui regroupe 720 associations, et réalisée par "les 7 vents du Cotentin".

Alors pourquoi cet aveuglement de tous nos élus qui nient l’évidence, l’EPR est une grave erreur économique et énergétique. Pour la France, le calcul de l’empreinte écologique montre que nous consommons 2,8 fois plus que ce que notre territoire est capable de régénérer. Un sondage de la commission européenne de janvier 2006 révèle que seuls 8% des Français souhaitent voir développer l’utilisation de l’énergie nucléaire. La concentration de nucléaire dans le nord cotentin est un risque évident classé secret défense.

Pour le grand ouest, alors que Bretagne et pays de Loire consomment 3 fois plus d’énergie que la Normandie, nous produisons 92% de celle-ci, avec des coûts de transports pharaoniques, des nuisances incontestables, que le consommateur doit payer. Alors quelles solutions ?

  • Créer des ALE (Agences Locales de l’Energie) à l’initiative des collectivités locales pour :
    • Une programmation énergétique fixée localement en fonction des ressources et des besoins
    • Le développement de projets locaux adaptés au territoire
    • Une sensibilisation menant à une prise de conscience des citoyens.

Concrètement quelques exemples :
- Maîtrise de l’énergie dans les communes (diagnostic des consommations des bâtiments, investissement dans les équipements peu consommateur, production d’énergies renouvelables)
- Maîtrise de l’énergie dans le résidentiel tertiaire (favoriser les éclairages fluo compacts qui consomment 4 fois moins et durent 10 fois plus, maîtriser les veilles des appareils, utilisation d’électroménager étiquette verte, etc.)
- Optimiser les moteurs industriels
- Promouvoir les constructions basse énergie
- Installer des chaudières bois à granulé (appareils de chauffage très performant qui nécessite qu’un approvisionnement annuel)
- Favoriser la production d’eau chaude solaire et la géothermie (en Espagne la loi oblige l’installation de panneaux solaire sur chaque maison neuve, en Suède la géothermie pour le chauffage)
- Valoriser le biogaz en cogénération (le lisier passerai du statut de déchet à celui de ressource). La cogénération permet de produire simultanément de la chaleur et de l’électricité grâce à des chaudières spécifiques comme cela existe au Danemark.
- Favoriser l’éolien, la France possède le 2e potentiel éolien d’Europe mais son développement est freiné par les administrations et les collectivités.
- Faciliter l’émergence de nouvelles filières : énergie marémotrice (énergie des marées), éolien offshore, centrales solaires (photovoltaïques), pile à combustible (hydrogène)etc...

Ces recherches créeraient de nouvelles activités et rééquilibreraient les chances de développement diversifié de ces filières au lieu d’une monoproduction nucléaire qui engouffre 98% de la recherche en Energie...

Force est de constater que les solutions existent, non seulement elles ne sont pas utopiques mais elles produisent 2 fois plus d’électricités et créent 25 fois plus d’emplois, alors pourquoi les élus s’obstinent à une monoproduction nucléaire qui pénalise notre économie, notre emploi et notre environnement ?

C’est la question que nous vous posons, messieurs les élus de tous bords. Merci d’y répondre !

Jean-Claude BOSSARD, Maire

P.S. : je remercie le réseau "sortir du nucléaire" et l’association "des 7 vents du cotentin" qui ont réalisé cette étude que vous pouvez télécharger sur www.sortirdunucleaire.fr

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page