RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de Novembre 2006
18 000 enfants meurent de faim chaque jour !

Indifférence médiatique pour ces enfants qui meurent chaque jour dans leur village d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique du sud. Flagrante différence de traitement que ce silence radio devant cette hécatombe quotidienne, si l’on compare la communication autour du World Trade Center ou des victimes du Tsunami...

Nos sociétés formatées à l’égoïsme, à l’indifférence, confrontées à l’obésité, ne veulent pas voir ces enfants qui meurent de faim, pour ne pas s’interroger sur leurs responsabilités.

Les directeurs du PAM (programme alimentaire mondial) et de l’UNICEF lancent des appels devant le Congrès Américain et l’ONU, des ONG font un travail titanesque. Le prix Nobel de la Paix 2006 attribué au Bangladeshi Muhammad Yunus pour sa banque "La Grameen Bank" qui ne prête qu’aux pauvres, mais... une goutte d’eau dans un océan de misère...

Continuer cette politique de l’autruche et attendre les problèmes engendrés par la pauvreté : immigration, terrorisme, ou enfin analyser les vraies causes et répondre avec les vraies solutions.
 Ces pays sont déstabilisés par des finances désastreuses dues essentiellement à la baisse de valeur des matières premières importées par l’occident (-40 à -60 % depuis 1990 pour le cacao, coton, café, etc.)
 Les échanges agricoles lointains déstabilisent l’économie vivrière locale, en exportant à bas prix vers les pays du sud, les excédents de notre agriculture subventionnée, les pays riches ruinent les agriculteurs des pays pauvres à majorité agricoles.
 1,3 milliards d’humains (1/5) n’a pas accès à l’eau potable, avec pour conséquences le développement de maladies : choléra, dengue, etc. qui tuent 5 millions de personnes par an, plus que le Sida ! Le réchauffement climatique accentue le problème.
 L’aide au développement des pays riches va le plus souvent à des gouvernements dictatoriaux qui détournent ces fonds pour l’achat d’armes à notre industrie, voire des villas sur la Côte d’azur...

Nous ne pouvons nous enrichir en écrasant économiquement les ¾ du monde. Aujourd’hui dans l’indifférence ce sont les enfants pauvres qui meurent, demain ce seront nos propres enfants... après nous le déluge ! Pour les amoureux de la vie, il y a urgence.

Jean-Claude BOSSARD, Maire

Votre avis sur l’Edito 

Donnez votre avis

 

Les champs avec une ’*’ sont obligatoires
NOM *
Prénom *
Ville *
Age
Votre avis *

 

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page