RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de Novembre 2008
La crise du progrès !

Le progrès ce n’est pas la poursuite d’une croissance infinie dans un monde qui ne l’est pas.

Le progrès ce n’est pas de laisser mourir 30 000 enfants chaque jour de la faim et de condamner l’avenir de nos propres enfants.

Le progrès ce n’est pas de dilapider en 50 années toutes les ressources de la planète accumulées depuis des milliers d’années.

Le progrès ce n’est pas que l’humain s’octroie le droit de disposer de la vie selon sa convenance.

Le progrès ce n’est pas que les hommes soient au service du fric, l’argent est un moyen d’échange pas une finalité.

Depuis très longtemps des scientifiques responsables nous alertent. Comme l’ouvrage de Fairfied Osborn paru en 1949 « La planète au pillage » qui disait déjà : l’humanité risque de consommer sa ruine, par sa lutte incessante et universelle contre la nature, plus que par n’importe quelle guerre. 

Le progrès est légitime quand il participe au bonheur de tous, mais il est scandaleux quand il ne sert que 20% de l’humanité ou pire encore, le profit unique de certains lobbies.

Le progrès est une chance quand il respecte les autres et ce que Dame Nature nous donne, quand il utilise le soleil, le vent, l’eau.

Quel progrès d’enfouir des déchets nucléaires qui mettent 25 000 ans à perdre 50% de leur radioactivité, d’empoisonner l’eau, l’air et de privatiser le vivant...

Quel progrès pour l’agriculture, passant de la noble mission de nourrir les hommes à une logique destructrice de la terre nourricière.

Notre civilisation est sur le point de se rompre le cou ! La convergence des crises actuelles : crise énergétique, crise climatique, crise alimentaire, crise du vivant et de la perte de notre biodiversité, crise financière... Conduit droit à une crise sociale planétaire dont les effets sont imprévisibles.

Vivre plus simplement afin que chacun puisse vivre tout simplement !

Prendre conscience de l’inconscience et changer pour ne pas disparaître !

C’est l’humain qui est menacé, pas la planète !

« Vive la crise » si nous sommes capable enfin, d’ouvrir les yeux et de construire un monde meilleur respectueux de l’avenir.

A chacun de nous de se poser la question de sœur Emmanuelle : et toi ! Que fais-tu pour les pauvres ? Pour les enfants ?

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Pour réagir à l’édito, cliquez ici

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page