RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de Décembre 2008
Mais c’est quoi faire de la politique ?

Cette question taraude forcément un jour ou l’autre l’élu quelle que soit sa fonction.

Les réponses sont individuelles et différentes à chacun. Chaque élu souhaite servir l’intérêt public selon sa conscience, mais de nombreuses pressions ou des habitudes influenceront ce défi de servir sa population : des ambitions personnelles, des arguments partisans, des lobbies corporatistes ou financiers, la dictature de l’argent et de la croissance...

Un exemple paradoxal parmi d’autres : plus on pollue, plus il y a de la croissance ; c’est bon pour le PIB ! L’élu qui dénonce cette aberration passe pour un écolo marginal... Il faut de la croissance !

Cette tempête de pressions menace chaque jour la conscience de l’élu, partagé entre son désir de servir et de défendre sa population, mais aussi, d’apporter un vrai progrès, une richesse dans sa collectivité. Ces deux désirs peuvent être complémentaires mais sont le plus souvent opposés .

C’est le cas aujourd’hui des 35 Maires qui ont pris un arrêté pour défendre la santé de leurs habitants par défaut de l’État qui, malgré la loi et les preuves qui s’accumulent, ne veut pas voir les problèmes de santé générés par la THT. Ces élus ont le courage de demander la preuve de l’innocuité de cette ligne et doivent résister au chantage de l’argent assorti de passages devant les tribunaux . C’est vrai nous sommes coupables de vouloir défendre la santé de nos concitoyens...

Coupables et fiers de l’être !

Notre conscience va devoir résister à cet Everest de pressions, de lobbies etc... Mais c’est là, pour certains, toute la grandeur de faire de la politique. Avec la bonne conscience du devoir accompli, de défendre des valeurs nobles conforté par un soutien populaire et démocratique comme en témoigne les sondages (85 à 100% de nos habitants approuvent nos arrêtés).

Notre seul tort aujourd’hui, c’est d’avoir raison trop tôt ! C’est de préférer la vie à la bourse !

Vive cette politique là !!!

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Pour réagir à l’édito, cliquez ici

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page