RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de Novembre 2010
La santé une priorité ? Ah les conflits d’intérêts !

Selon l’institut national du cancer, le nombre de victimes du cancer a doublé ces 25 dernières années en France. Dans le même temps, le tabagisme et l’alcoolisme, 2 facteurs à l’origine de la maladie, diminuent depuis 1975...

Selon le cancérologue Dominique Belpomme, qui préside l’association pour la recherche anti-cancer les ¾ des facteurs mutagènes proviennent de la pollution de notre environnement. Depuis 50 ans plus de 100 000 substances chimiques recouvrent ou arrosent nos aliments ou l’aliment de nos animaux, l’eau que nous buvons ou l’air que nous respirons. Régulièrement ces substances sont interdites et remplacées par d’autres... interdites à leur tour ! Certes on assiste à une réduction des doses de pesticides mais hélas, c’est leur répétition qui fait le poison.

Quand on voit les moyens mis en place pour prévenir, le plus souvent à juste titre, certains dangers pour notre santé (alcool, tabac) ou encore la coûteuse prévention de la grippe pandémique, on ne peut que s’étonner du manque de vigilance à l’égard de certains facteurs reconnus de plus en plus dangereux pour notre santé et l’économie publique. On brade la santé de nos concitoyens pour ne pas réduire la pollution, pourquoi ? Le Professeur Belpomme dit : « l’urgence est de réduire les pesticides, leur utilisation est un crime contre l’humanité ! ».

A l’évidence la préservation des intérêts économiques de certains lobbies empêche une action efficace de santé publique. Grenelle de l’environnement ou pas, la France reste 1er utilisateur de pesticides en Europe et 3ème mondial… D’autres facteurs préjudiciables à notre santé existent et trouvent une protection anormale des pouvoirs publics, exemple : les algues vertes, les pollutions THT ou autres pollutions générées par l’activité nucléaire etc...

La France est un terreau propice aux conflits d’intérêts privés et publics qui génèrent ce manquement à l’intérêt général. Ces conflits d’intérêts peuvent être mortels : sang contaminé, hormone de croissance, amiante, nuage de Tchernobyl etc... Des questions se posent quand des scientifiques se retrouvent dans des commissions pour contrôler les lobbies qui les rémunèrent, des hommes nommés à la tête de sociétés concurrentes, des experts qui recommandent la vaccination H1N1 mais qui sont liés avec les laboratoires pharmaceutiques fabricants de vaccins, un ministre chargé de la lutte de la fraude fiscale et dont l’épouse gère la première fortune de France, des élus dont on gratifie leurs communes de fonds importants (20 millions d’euros) pour faire accepter un projet THT dont on refuse l’étude épidémiologique demandée par l’enquête publique, les élus et leurs populations, etc...

Mieux vaut prévenir que guérir ! Santé, éthique et écologie sont indissociable ! Il est temps d’assainir les rapports entre pouvoirs publics et l’argent pour donner un sens à l’éthique publique mais surtout préserver notre santé et l’intérêt général !

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Pour réagir à l’édito, cliquez ici

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page