RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito d’Avril 2011
Ne pas sacrifier l’avenir au présent disait Pierre Mendès France...

L’actualité au Japon nous interpelle sur notre sécurité et notre modèle économique qui, justement, sacrifie l’avenir de l’homme pour des profits immédiats qui ne profitent qu’aux actionnaires des lobbies et certainement pas à l’intérêt général. Au 18e siècle la différence entre un pays riche et un pays pauvre était de 1 à 2. Aujourd’hui l’échelle de différence est de 1 à 428... C’est cela le progrès ?


L’industrie nucléaire est le point d’orgue de cette aberration humanitaire !
La catastrophe du Japon a sonné le glas du mythe de la sécurité nucléaire. Même si en France, à l’image du nuage de Tchernobyl ou du Concorde, certains s’évertuent encore à le nier, l’accident nucléaire est possible partout, même en France, qui menace l’humanité entière. Les écologistes dénoncent depuis 40 ans cette épée de Damoclès sur l’humanité et sont accusés d’indécence d’avoir eu raison dans les faits... Affligeant et pathétique !

Les 3 accidents nucléaires majeurs à ce jour ont eu lieu aux USA, en URSS et au Japon. Ce ne sont pas des pays sous-développés techniquement. Deux d’entre eux ont même réussi à envoyer des hommes sur la lune...
À Fukushima le monde voit que non seulement les réacteurs nucléaires avec leurs enceintes de confinement sont dangereux mais aussi... les piscines de stockage des déchets représentent elles aussi un danger au moins équivalent. Et que devant cette catastrophe les scientifiques d’une technique aussi pointue, réparent en vain avec des bouts de ficelles, des lances de pompier.

À l’évidence l’homme ne peut pas maîtriser l’accident nucléaire quand il dépasse les scénarios prévus. Révoltant aussi la pratique de la dissimulation reprochée à Tepco, l’exploitant japonais de la centrale, mais... qui n’épargne pas EDF et Areva (tempête 99 à la centrale du Blayais en Gironde) ou l’art du mensonge pratiqué par nos responsables politiques quand il nous parlent « d’indépendance énergétique avec le nucléaire » alors que la dernière mine d’uranium française a fermé en 1990. Par ailleurs la France ne maîtrise pas la technique du démantèlement de nos centrales, cadeau empoisonné pour les générations futures. Autre mensonge répété : l’électricité nucléaire serait l’énergie la moins chère alors que le prix de cette énergie ne comprend pas la recherche, le traitement et le stockage des déchets, le démantèlement futur des centrales, etc. Tout cela est payé par nos impôts !

Le nucléaire c’est le déni de démocratie, le secret défense (aucune centrale française ne peut résister à l’impact d’un avion de ligne) ; c’est l’aberration de la croissance, puisque l’énergie produite ne se stocke pas, il faut battre des records de consommation électrique, dernier record mondial de la France en janvier 2011. C’est enfin le sacrifice des solutions vertueuses et d’avenir que sont les énergies renouvelables comme le confirment les dernières mesures gouvernementales sur l’éolien et le photovoltaïque.

Alors, l’aveuglement continue aussi dans notre région. Avec la construction de l’EPR, on va produire 300% de l’électricité que l’on consomme, et cela, alors que directeur de l’Agence de sécurité nucléaire demande un moratoire sur cette construction pas si sécurisée que cela...

Quelle solution ? À moins d’être aveugle, elle s’impose : économiser enfin l’énergie et développer toutes les énergies renouvelables qui, en prime, génèrent beaucoup d’emplois. La trajectoire pour sortir du nucléaire ne pose pas de problèmes s’il y a volonté politique !

Les Français sont irradiés de béatitude devant notre production nucléaire, rabrouant les opposants à la seule alternative : « le nucléaire ou le retour à la bougie ». Nos pauvres amis japonais ont le nucléaire et la bougie !

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Pour réagir à l’édito, cliquez ici

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page