RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de novembre 2011
La réforme des collectivités, l’heure de vérité est arrivée !

Cette réforme, voulue par la majorité gouvernementale et bizarrement réfutée localement par les élus qui soutiennent cette majorité, est engagée. Annoncée depuis 2008, cette réforme a été systématiquement ignorée à quelques exceptions près dans nos cantons... Les raisons qui motivent cette réforme sont pourtant nobles et justifiées en partie, même si les modalités sont discutables :

  1. Réaliser des économies de gestion dans nos collectivités ainsi que des économies d’échelle. Ce qui est vrai si des strates du « millefeuille » disparaissent. Hélas, seuls les regroupements de communautés de communes sont obligés par la loi.
  2. Avoir un exécutif ayant une cohérence territoriale, avec des moyens, pour pouvoir agir avec pertinence dans un développement économique et un aménagement du territoire.
  3. De toute évidence, des arrière-pensées politiques ont aussi motivé cette réforme. Surtout avec la création du conseiller territorial pour modifier la couleur politique des régions...

Concrètement sur notre territoire, le débat s’est timidement engagé à l’automne 2010. A cette date nous avions proposé, en vain, d’engager une réflexion sur la création d’une commune canton en étudiant, en parallèle, les jumelages possibles avec Saint-Lô et Villedieu...

Il est évident que nos petites communes peinent de plus en plus pour trouver les moyens pour investir, voire... pour fonctionner. Les dotations sont gelées, les taxes professionnelles disparues. Sans moyens et avec de moins en moins de compétences, la motivation des élus s’estompe. La seconde phase arriva le 2 mai, avec la lettre recommandée du préfet exigeant une délibération de chaque commune, relative au jumelage proposé, Villedieu et Sainte-Cécile pour notre canton, avant le 2 août. N’ayant pas voulu voir cette réforme et étudier les différentes pistes, notre communauté de communes, dont aucun élu ne participe à la commission départementale organisant cette réforme, s’est vue dans l’obligation de faire un choix sans étude préalable, ni sur l’opportunité d’une commune canton, ni sur les différents scénarios de jumelages...

Alors c’est le bon sens et la cohérence territoriale qui l’ont emporté démocratiquement avec les votes des conseils municipaux. Le choix s’est très majoritairement fait, en conscience, sur un jumelage souhaité par notre population, celui de Villedieu. Malgré le choix étrangement négatif des communes riveraines de Villedieu et de la réponse très normande de Percy qui assume difficilement son oui à Villedieu... Pourtant notre communauté de communes a fait son choix depuis longtemps en implantant sa zone artisanale aux portes de Villedieu et non à Margueray ou Montbray au bord de l’autoroute...

Au final, ce qui prévaut c’est la capacité des élus de notre territoire à imaginer des projets qui dynamisent l’économie de nos communes, condition sine qua non pour sauver nos écoles et commerces. Favoriser le développement du local pour la consommation locale, favoriser une politique de territoire à énergie positive pour améliorer l’emploi en général et de nos jeunes en particulier, contribuer à diversifier l’agriculture. Nous avons sur ce territoire tous les atouts : train, autoroute, zones artisanales, usines, paysans, artisans, commerces, potentiel touristique, etc... Dans ce nouveau contexte économique de crise qui s’amplifie chaque jour, nous devons adapter notre économie locale à cette réalité-là et non rêver de mirages comme « agglo 21 ».

Sommes-nous capables, nous élus, de relever ce défi-là, de mettre en place une commune canton pour économiser nos dépenses de fonctionnement et rationaliser notre cohérence territoriale, d’imaginer un projet qui dynamise notre future communauté avec Villedieu, Sainte-Cécile et pourquoi pas Saint-Pois... De mettre en priorité l’intérêt général et le respect de la volonté populaire d’appartenance à ce territoire rural. Trop de problèmes personnels, voire d’ambitions politiques perturbent une réflexion rationnelle. La démocratie a parlé dans notre canton, nous devons tous la respecter.

Abraham Lincoln disait : « la démocratie c’est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple ».

Jean-Claude BOSSARD, Maire.

Pour réagir à l’édito, cliquez ici

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page