RECHERCHE :
   
BIENVENUE AU CHEFRESNE!
S'installer au Chefresne :
- habitants
- artisans
- entreprises
DEMARCHES ADMINISTRATIVES
GALERIE PHOTOS
webencheres.com
Edito de mars 2012

RÉSISTANCE !  

Alors que s’organise la mobilisation contre un projet THT qui doit saboter notre commune, sabotage officiel de RTE et de notre préfecture, les forces de l’ordre occupent chaque dimanche Le Chefresne et ses petits chemins....

Mais quelle est cette démocratie qui impose ce projet THT d’intérêt commercial en méprisant la santé des futurs riverains, en ignorant les conclusions de l’enquête publique du projet, la Charte constitutionnelle de l’environnement et son principe de précaution, la loi sur la protection des sites inscrits aux monuments historiques, l’arrêté municipal portant protection des habitants et des élevages.  

Où est l’intérêt général quand RTE et l’État distribuent 100 millions d’euros de mesures d’accompagnement pour faire accepter un projet qui bafoue les textes des ministères de l’Écologie et de l’Intérieur : « Au regard du code général des collectivités territoriales, du code de l’urbanisme et du code de l’environnement, le maire est tenu légalement d’adopter des politiques destinées à réduire les risques, se traduisant par des actions de prévention, de précaution et de protection des personnes et des biens ». Ce que nous avons fait en prenant l’arrêté du 29 février 2008 portant protection des habitants et des élevages. Aucun texte ne prévoit une compensation financière pour ne pas respecter les lois....

Le rôle de l’élu et des pouvoirs publics n’est-il pas de protéger prioritairement la santé des habitants, d’autant que les études épidémiologiques réalisées à l’étranger où les problèmes rencontrés par de nombreux riverains, liés au silence par des conventions avec RTE et les chambres d’agriculture, attestent de la dangerosité de ces installations THT.

Pourquoi l’État refuse systématiquement l’étude épidémiologique demandée par l’enquête publique le 12 novembre 2009 : « Pour que la DUP (déclaration d’utilité publique) soit prise, il y a lieu d’attendre la publication des résultats d’une étude épidémiologique pour que les autorités en tirent toutes les conséquences en matière de santé publique. Tant que ces conditions ne sont pas remplies, l’avis est réputé défavorable ». À quoi bon réaliser des enquêtes publiques avec débats publics et grands renforts de moyens de communication si les conclusions sont ignorées.... C’est cela la démocratie et la soi-disant concertation : cause toujours, je fais ce que je veux !

En prenant le PAP (plan d’accompagnement de projet) , les élus cautionnent et se rendent complices de cet illégalité-là qui sacrifie l’intérêt général et la santé de leurs habitants au premier chef. L’argent rend aveugle, c’est tout le problème de notre démocratie ! Après, comment ne pas s’étonner que de plus en plus de nos compatriotes s’abstiennent de voter...

Devant ce sabotage organisé, nous avons résisté depuis 6 ans sur le plan juridique, Conseil d’État, Tribunaux Administratifs et Pénal... Force est de constater que la justice est soumise à la raison d’État, des lobbies électro-nucléaires ou industriels, comme vient le souligner par exemple le dessaisissement du juge qui instruisait le dossier de l’amiante en France. En Italie on juge, en France on instruit indéfiniment ! Ce fonctionnement engendre l’indignation et des comportements à l’image de ceux qui nous dirigent.   Avec nos moyens nous allons continuer de nous opposer à ce projet illégal imposé sans respect de la démocratie et à grands moyens de force de gendarmerie. Demain, si nous avons confirmation que l’élu ne doit être qu’un pantin au service de la dictature des lobbies, alors nous en tirerons les conséquences en toute cohérence. Les gouvernements, par définition, n’ont pas de conscience, disait Albert Camus. Le motif de la résistance, c’est l’indignation, dit Stéphane Hessel.  

Envoyer a un ami    Imprimer la page    Haut de page